Anaïs Oudart lauréate de la 4ème édition du Prix Caritas Photo Sociale pour sa série “Héroïnes 17”.

Ce travail documente les difficultés des jeunes femmes issues de l’Aide sociale à l’enfance de se construire seules, sans parents ni famille. Leur parcours les amène à connaître très tôt des situations de précarité de logement ou d’errance et d’autres difficultés sociales. Cette série présente des portraits de femmes dans leur parcours de réinsertion, qui doivent se battre plus fort que les autres pour essayer d’arriver au même niveau.

La lauréate bénéficie d’une dotation de 4 000 € et de l’édition par Filigranes en novembre 2023 d’un livre monographique dédié à la série primée. Son travail serà présentés à la Galerie Le Château d’Eau à Toulouse de novembre 2023 jusqu’à début janvier 2024, à la Mairie du 10ème arrondissement de Paris de mi janvier à fin février 2024.

Le Prix Caritas Photo Sociale vise à accompagner et valoriser le travail d’un ou d’une photographe portant sur les thèmes de la pauvreté, de la précarité et de l’exclusion en France. Ces thèmes doivent se situer au cœur de la mission des organisations du Réseau Caritas France. Le Réseau Caritas France, créé et présidé par le Secours Catholique-Caritas France, rassemble 11 organisations engagées dans la lutte contre la pauvreté, la précarité et les inégalités. Chaque jour, 70 000 bénévoles, volontaires, salariés agissent au sein du Réseau Caritas France pour trouver des solutions et accompagner les plus fragiles. En 2020, le Réseau Caritas France a créé le Prix Caritas Photo Sociale pour encourager les photographes qui travaillent sur des sujets sociaux afin de rendre compte des difficultés des plus vulnérables et du combat qu’ils mènent pour retrouver une vie digne et autonome.

Anaïs Oudart vit et travaille à Paris. Ses projets photographiques explorent sous différentes formes la fragilité des rapports humains. Son travail de portraitiste engagé cherche à la fois à dénoncer les violences, mais aussi à rendre hommage à des parcours de vie résilients. En 2022, elle est lauréate de la bourse du Ministère de la Culture pilotée par la Bibliothèque Nationale de France : « Radioscopie de la France, Regards sur un pays traversé par la crise sanitaire. », pour sa série Héroïnes 17. Cette même année, elle obtient la bourse de Photographie Documentaire Contemporaine du Centre National des Arts Plastiques pour sa série « L’Etreinte du Serpent », sur le viol comme arme de guerre en République Démocratique du Congo. Toujours en 2022, elle obtient le Mentorat#2 des Filles de la Photo pour son travail sur les violences sexuelles liées au conflit actuel en Ukraine. Pour réaliser ses séries au long cours, elle répond à des commandes et évolue en parallèle, entre l’univers des ONG et celui du luxe. En 2020, elle réalise des photos pour la marque Céline (LVMH). Actuellement, elle collabore régulièrement avec Médecins du Monde, le Secours populaire, SOS Villages d’enfants et plus récemment avec le journal Les Echos. Cette double compétence (studio / reportage) est acquise durant les quatre années où elle travaille au Studio Rouchon. Elle y assiste alors des photographes de renom (Jean-Baptiste Mondino, Jean-Paul Goude, Ellen Von Unwerth, Adam Sims…) et participe à leurs campagnes publicitaires (Louis Vuitton, Dior, Yves Saint Laurent, Guerlain et Clarins). Elle collabore aussi avec le portraitiste Denis Rouvre qu’elle accompagne notamment sur le projet Unsung Heroes : un tour du monde des violences faites aux femmes, sous l’égide de Médecins du Monde.